Équipe

La prise en charge du patient est réalisée à par une équipe de trois chirurgiens du rachis 
tous membres de la Société Française de Chirurgie Rachidienne (SFCR) et participant à l’accréditation des médecins recommandée par la haute autorité de santé (HAS).
La prise en charge multidisciplinaire avec des radiologues, médecins rééducateurs, rhumatologues, neurologues et infectiologues permet une discussion des dossiers au cas par cas assurant une meilleure sécurité pour les patients.
Une garde spécialisée de chirurgie du rachis est assurée 365 jours par an.

 

Présentation


tl_files/contenu/vivaltochp/icono medicale/CHIRURGIE/Colonne vertebrale/98250431.jpgLa chirurgie du rachis concerne :
. Les hernies discales lombaires : même si les hernies discales guérissent avec le traitement médical dans plus de 80% des cas, il reste encore des indications chirurgicales. Elles se discutent dans deux circonstances :
   1°) échec du traitement médical au delà de 6 à 8 semaines.
   2°) en urgence :
       -sciatique paralysante sévère,
       -paralysie des sphincters (syndrome de la queue de cheval),
       -sciatique hyperalgique résistante à la morphine.

. Le canal lombaire étroit responsable de sciatiques ou de cruralgies par compression des racines nerveuses par de l’arthrose.

. Les glissements de vertèbres (spondylolisthésis) responsables de lombalgies ou de douleurs des membres inférieurs à type de sciatique ou de cruralgie.

. Les tumeurs vertébrales très douloureuses ou entraînant des paralysies parfois très graves. Le traitement est discuté avec les cancérologues et les radiologues où d’autres traitements que la chirurgie sont éventuellement possibles : radiothérapie ou mise en place de ciment dans la vertèbre (cimentoplastie).

. Les scolioses de l’adolescent ou de l’adulte. Responsables de déformations importantes et évolutives du tronc, elles peuvent nécessiter une chirurgie même à l’âge adulte devant des déformations douloureuses.

tl_files/contenu/vivaltochp/icono medicale/CHIRURGIE/Colonne vertebrale/99709896.jpg. Les discopathies (disque usé) pouvant donner des lombalgies importantes. La chirurgie y est très rare et consiste en la mise en place d’une prothèse discale ou d’une arthrodèse (blocage des vertèbres par des tiges ou des plaques). Cependant, le traitement des lombalgies dans ce type de maladie reste avant tout médical (médicament, infiltration, corset, rééducation…).

. Les hernies discales cervicales : comme les hernies discales lombaires, les névralgies cervico-brachiales guérissent le plus souvent avec le traitement médical. Lorsque la douleur persiste au-delà de 2 à 3 mois malgré le traitement, un traitement chirurgical peut être envisagé.

. Myélopathie cervico-arthrosique : il s’agit de compressions des nerfs ou de la moelle épinière au niveau cervical par de l’arthrose et peut nécessiter une intervention.

. Les fractures et entorses du rachis cervical, dorsal et lombaire : des interventions chirurgicales ou des corsets sont à discuter. Pour les tassements ostéoporotiques la mise en place de ciment dans la vertèbre est parfois réalisée.

. La chirurgie de la douleur neuropathique par la mise en place de neurostimulateurs avec l’équipe du centre antidouleur de la clinique de la Sagesse.

. D’autres pathologies plus rares peuvent aussi nécessiter une intervention : infection des vertèbres ou des disques, hernie discale dorsale, spasticité avec la mise en place de pompes à Baclofene…

Les techniques chirurgicales (classique, mini-abord, endoscopie) proposées répondent au critère scientifique moderne se basant sur la médecine par les preuves (évidence base médecine) quand cela est possible.

Liens internet dans lesquels vous pouvez trouver des fiches d’informations concernant les pathologies et les interventions les plus fréquentes.
Site de la Société Française de Chirurgie Rachidienne (SFCR) : sfcr.fr
Site du groupe rennais de l’appareil locomoteur (GRAL) : gral.fr