Définition :

L’anesthésie est une spécialité qui permet de réaliser des interventions chirurgicales dans les meilleures conditions de confort et de sécurité pour le patient.

Lorsqu’une intervention est décidée par le chirurgien ou lorsqu’un examen endoscopique est programmé par un médecin spécialiste, le patient est dirigé vers la consultation d’anesthésie. Celle-ci est obligatoire quelques jours avant toute intervention. Le patient rencontre un médecin spécialisé en anesthésie-réanimation. Ce dernier décide de la meilleure technique d’anesthésie pour le geste envisagé et l’explique au patient. Lorsque plusieurs techniques sont possibles, le choix est réalisé en collaboration avec le patient. A l’issue de cette consultation, il peut arriver que des examens ou des consultations spécialisées soient nécessaires (prise de sang, consultation de cardiologie …). Lors de la consultation, le patient est informé des risques et des bénéfices du type d’anesthésie choisi. Le médecin est là pour répondre à toutes ses questions.

Quelques instants avant l’intervention, le patient rencontre le médecin anesthésiste qui va réaliser l’anesthésie ; ce n’est pas forcément le même que celui qu’il a rencontré lors de la consultation. Cette organisation permet un double contrôle et augmente la sécurité du patient. Le médecin qui réalise l’anesthésie vérifie, en effet, le dossier complet du patient. Il peut être assisté d’une infirmière anesthésiste.

tl_files/contenu/vivaltochp/photos/IMG_9124.jpgAprès son opération, lorsque l’opéré retourne en secteur d’hospitalisation classique, il se trouve placé sous la responsabilité de l’opérateur (chirurgien ou gastro-entérologue). Celui-ci est responsable des suites opératoires. L’anesthésiste peut être appelé pour des problèmes ponctuels concernant la prise en charge de la douleur, la réhydratation ou l’alimentation par exemple.
Si à la suite de son opération,  le patient est orienté vers un secteur de soins intensifs (USCPO), il est placé sous la responsabilité médicale de l’anesthésiste-réanimateur. Cependant, certaines décisions relèvent de la compétence du chirurgien : mobilisation ou immobilisation des opérés, ablation des sondes et des drains… La mise en œuvre des techniques de réanimation et les prescriptions médicamenteuses incombent par contre à l’anesthésiste-réanimateur. L’entrée et la sortie des patients des secteurs de soins intensifs se font sur la base d’un accord conjoint des deux spécialistes.

 

Assurer la sécurité tout en optimisant le confort du patient

• Informatisation de tous les dossiers d’anesthésie,
• Mise en place de protocoles respectueux des consignes des sociétés savantes d’anesthésie (douleur, antibiotiques, prévention des phlébites …),
• Discussion collégiale des dossiers difficiles,
• Participations et organisation de formations et de congrès d’anesthésie,
• Participation à des études scientifiques,
• Une adéquation du nombre de soignants anesthésistes/ nombre de patients,
• Continuité des soins assurée par 3 médecins de garde, 24h/24, toute l’année,
• Un travail d’équipe au service d’une prise en charge personnalisée du confort et de la sécurité de chacun.

 

Les différents types de prise en charge concernés :

• Anesthésie générale

Matériel moderne d’anesthésie et de réanimation à la pointe, usage unique, procédures de sécurité, couvertures chauffantes ...

• Anesthésie loco-régionale

Utilisation des techniques de repérage échographique permettant d’éviter le repérage inconfortable des nerfs par électricité. Un parc complet d’appareils d’échographie au service des patients. Une expertise en ce domaine depuis plusieurs années encore en gestation dans beaucoup de centres français, qui permet au CHP d’organiser chaque année un forum pour des médecins venus de toute la France pour se former ou se perfectionner.

• Péridurale obstétricale

Un médecin de garde sur place uniquement dédié à la maternité, une possibilité d’accompagner la naissance en douceur, choisie par plus de 90% des femmes. Des pompes sont proposées pour une auto-administration des anesthésiques en toute sécurité.

• Prise en charge de la douleur post-opératoire

Le département du CHP a été un des premiers centres régionaux à permettre aux patients de bénéficier d’une prise en charge personnalisée de la douleur grâce à l’utilisation de pompes PCA qui  permettent au patient de s’auto-administrer des calmants. Cette technique optimise la prise en charge en termes de rapidité et d’efficacité au prix d’effets secondaires plus modérés.
Des protocoles ont été mis au point par un groupe de travail regroupant des infirmières et des médecins anesthésistes (CLUD), selon les recommandations des sociétés savantes en ce domaine. Ces protocoles sont appliqués de façon personnalisée pour tous les patients.

• Economie de produits sanguins

Un recours raisonné à la transfusion grâce à l’emploi d’appareils de récupération et de transfusion du propre sang du patient, mais aussi par la prescription de fer et d’EPO.

• Hypnose

L'hypnose médicale peut être utilisée pour réaliser des petites interventions (coloscopies, pose d’Essures* …) mais aussi de façon plus informelle pour favoriser le confort péri-opératoire (poses de perfusions, réalisation des anesthésies loco-régionales, mise en condition avant l'anesthésie générale, utilisation au réveil...). Cette technique est également utile pour favoriser l'alliance thérapeutique entre le patient et le médecin ou le professionnel de santé
Plusieurs anesthésistes du CHP sont formateurs en hypnose médicale ce qui atteste l’expertise développée par notre équipe dans cette technique.

• Soins intensifs

Pour les interventions plus compliquées ou pour les patients plus fragiles, des soins intensifs permettent d’assurer la sécurité et un suivi optimal. Tous les médecins anesthésistes sont également réanimateurs. Le travail est parfois réalisé en collaboration avec les services de réanimation du CHU en fonction des cas.

• Douleur chronique

Plusieurs médecins anesthésistes ont des diplômes complémentaires ou des compétences en douleur chronique.